Journée d'inscription aux formations Alpinisme

Mer 5 Mar - 20:46 par Alex

Samedi 29 mars 2014
Journée d’inscription aux formations estivales d’alpinisme.
Ouverte à tous.


Commentaires: 1

Dernière mn !!! Vendredi 21 février 20h au local : projection de la traversée Phu/Lo Mantang

Mer 19 Fév - 0:53 par Sylvia

Fabrice Pintonato profite de l’opportunité de la visite chez lui de deux amis habitant Lo Mantang …

Commentaires: 0

Galerie



Sortie 1 30/31 MAi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sortie 1 30/31 MAi

Message  DomiM le Lun 1 Juin - 20:20

Sortie perfectionnement : Une avalanche continue…. de (divers) déboires

Partie 1. A la réunion de mardi les 4 participants avaient préparé différentes courses avec l’objectif d’aller se frotter (si possible) à de la glace en Vanoise. Le choix
se fixa sur la Grande Casse par la petite face nord (cotation AD) dont on nous avait dit qu’on y trouverait de la glace. GuyF avait prévenu de bien organiser la descente (le retour) car c’est d’une manière générale la partie la plus délicate. RDV fut fixé à 7H30 samedi matin afin d’effectuer une montée au refuge
tout en faisant des exercices et si possible avant la pluie annoncée par la météo. Après avoir fait jonction avec GuyF à Albertville avec un peu de retard
sur l’horaire prévu nous arrivâmes sans soucis à Pralogan. Guy ayant quand prévenu qu’il lui semblait avoir des soucis de voiture… Après nous être
préparé, les stagiaires ont pris les affaires en mains.
L’après midi s’est passé à faire de la marche hors sentiers
sur des éboulis très instable avec la consigne de ne pas utiliser les mains puis, sur un névé à faire différents exercices visant à tester l’aisance sur neige sans crampons ni piolets. Ceux-ci visaient à mettre à profit l’équilibre naturel et la confiance en soi plutôt que le recours rapide à du matériel. Par chance, ce n’est que fois arrivé au refuge que la pluie s’est mise à tomber de
manière assez intensive. Après avoir nous rassasié d’une soupe suivi d’une délicieuse viande en sauce, c’est une nuit accompagnée de doux ronflements que
toute la petite troupe a passée jusqu’à trois heures du matin, horaire de lever pour un départ à 3H45. Après à peine 15 min de retard sur l’horaire, le groupe
se met en marche et c’est sans encombre que tout le monde arrive au col de la Grande Casse. Les cordées Anne/Isabelle et Danielle/Jean Paul se mettent à pieds d’œuvre. Tandis que GuyF et moi-même les
accompagnons en solitaire afin d’observer et leur progression. De visu ne voyant pas de glace et ne trouvant pas la neige extraordinaire je propose à Guy d’aller faire la face nord centrale, histoire
d’être le moins possible sous l’effet du soleil. Mais avant de leur proposer un changement d’itinéraire,
nous décidons de laisser la progression se faire vers l’objectif initial. Tout semblait se dérouler à peu près bien quand la cordée Danielle/Jean Paul commença
à se trouver légèrement en difficulté pour des raisons liés à des problèmes physiques. Quand les défaillances s’accentuèrent et que l’autonomie de la
cordée devenait incompatible avec une progression en toute sécurité. J’ai décidé de me joindre à eux et de prendre en charge la cordée. L’autonomie s’arrêtant
de fait. Par chance, un souci a réussi à se régler en avalant divers cachets et pâtes de fruits. En revanche le problème articulaire de cheville ne permettait
pas un cramponnage sûr, ce qui est essentiel dans le terrain glaciaire. La qualité médiocre de la neige (bille de polystyrène posée sur de la glace) n’a pas facilité
la progression pour atteindre le sommet de la petite face nord. N’étant plus dans le cadre horaire déterminé il fût décidé de ne pas aller au sommet et de
descendre au plus vite par les grands couloirs. La cordée autonome (Anne/Isabelle) a parfaitement évoluée. Leur traversée et la descente en neige dure ont été avalées
sans problèmes. Ce passage à permis de montrer à Danielle et Jean Paul que leur
maitrise du piolet devait être affinée. Ayant
fait jonction avec les autres, les cordées ont été redistribué et c’est ainsi que Jean Paul/Isabelle et Danielle/Anne se sont retrouvé ensemble. Pourtraverser la zone sensible GuyF et moi-même, nous sommes encordés à eux. La bonne pratique de la corde tendue a montré toute son efficacité quand j’ai vu devant
moi, Danielle plonger jusqu’au bassin dans un crevasse dont le pont de neige était bien ramolli. Un bon coup de rein et hop tout s’est remis dans l’ordre. Nous
sortons du glacier jusqu’à la zone de pique-nique. GuyF propose aux stagiaires de finir la course sans crampons et de rentrer par une zone ou il faut trouver son cheminement dans une barrière rocheuse. Je décide de rester au milieu des deux cordées pour voir si tout se passe bien. La cordée Jean Paul/Isabelle découvre le
passage : un couloir de neige posée sur des rochers délités de 1m 50 de large et de 15 m de haut. C’est le bon couloir, Guy est déjà en bas à les attendre sur une petite plateforme de 2 m avec en dessous un barre de 20 m. Je les regarde s’engager et détourne la tête pour voir si la deuxième cordée arrive. En une fraction de seconde, j’entends un cri et je vois Isabelle et Jean Paul en glissade, incapable de s’arrêter en utilisant les piolets sur une distance aussi courte. J’ai peur pour eux ! Mais par chance, la glissade s’étant
produit dans le bas du couloir, c’est la terrasse qui les stoppe. Gros Ouf de soulagement. Je m’engage à mon tour et j’attends la seconde cordée pour leur donner quelques conseils, en particulier celui de se mettre à reculons. Le groupe se réunit et fini la descente sans
problèmes jusqu’au refuge.
Le débriefing ayant été fait il est inutile d’y revenir en
détails. L’objectif c’est aller faire une (des) courses AD de manière autonome
(ou presque)
D’une manière générale, cette course a permit de voir les points à ne pas négliger, une bonne capacité physique (sauf impondérable de dernière minute), bonne gestion de l’effort et alimentation appropriée, matériel bien
réglé et savoir bien l’utiliser etc Et surtout, avoir déjà une certaine pratique en véritable autonomie. Ce qui impose de travailler ses faiblesses, faire du rocher pour les habitués de neige et vice versa. Comme l’a rappelé Guy, à chaque sortie on se perfectionne, ce qui fut donc le cas pour tous. Mon conseil en vue de la prochaine sortie, préparez-vous dans une course rocheuse même de niveau inférieur (ou personne ne vous montre le chemin).

Partie 2. « C’est le retour qu’il faut bien préparer » dixit GuyF. Razz

Nous arrivons aux voitures et celle de Guy ne voulant plus démarrer, il décide de glisser un œil sous le capot. Surprise : la courroie de l’alternateur s’est défaite. C’est alors que toute la science des cerveaux alpinistiques se
mit en route. Pour une tentative de quasi mouflage de la courroie. Un truc comme personne n’a jamais vu (on a des photos), Guy penché dans son moteur, me
guidant pour utiliser mon crochet abalakov afin d’accrocher des… suspentes de parapentes à sa courroie (et oui après tout pourquoi pas ?) Jean Paul à la
frontale et tout ce beau monde tirant ensuite sur des piolets relié aux suspentes. Afin d’apaiser le courroux des démons ayant envouté la voiture, pendant
que nous bandions nos muscles de toutes nos forces, les femelles du groupes se tortillaient dans des positions étranges, la tête et les mains sur le sol, le postérieur
face au ciel (et oui après tout pourquoi pas ?) Et là, les démons ont décidé quelles n’en avaient pas assez fait et donc les suspentes de parapente cassèrent,
et nos efforts furent réduits à néant. Un petit abri était là, posé à coté de la voiture et ressemblant étrangement à celui des « bronzé font du ski »pour faire « culte » j’ai estimé qu’étant définitivement perdu on pourrait p’t bien être conclure… Un bon branchement de câble de moteur à moteur permettait le démarrage de la titine à Guytou (c’est comme cela, là bas qu’ils(les savoyards) appellent les épaves). Et donc la troupe se remis en route pour
quelques kms, car un nouvel arrêt de la titine à Guytou demanda à nouveau un coup de câbles. Puis, un nouvel arrêt de la titine à Guytou demanda à nouveau
un coup de câbles !!!!
Puis, cerise sur le gâteau, sur une voie unique étroite dans un endroit craignos en légère montée, la magnifique tomba en panne d’essence ! Je fit donc un petit détour jusqu’à moutiers pour aller chercher du diesel dans
des bouteilles et en piquant (non, c’est pas beau) un cône de signalisation rouge et blanc à la station service afin de signaler notre futur dépannage. Et oui, le souci était de revenir pour permettre à la titine à Guytou (c’est comme cela, là bas qu’ils (les savoyards) appellent les épaves) de redémarrer à coup de câble et avec du carburant. Mais… impossible de se garer à coté pour cause de voie unique rapide. J’ai donc choisi l’option du contre sens (très) léger pour venir me garer en face de lui sur cette putain de voie en sens unique. Anne en poteau de signalisation avec le cône volé et Isabelle en Short
et gilet jaune courant sur la voie express ne laissèrent pas les automobilistes indifférent car tous ralentirent en klaxonnant comme des beaufs pensant
probablement à une quête pour la croix rouge avec Adriana Karambar sur le bas côté. Z’ ont du être déçu ! La titine redémarre une fois de plus et nous
allons à la station service faire le plein et ramener le cône. Fin de l’aventure ? Et bien non, sur l’autoroute, c’est plein de péages qui forcent les voitures à
s’arrêter et a redémarrer ensuite (sauf, la fameuse titine à Guytou celle que les sa…). Bon voilà, au croisement des autoroutes on est parti chacun de son côté, et depuis on plus de nouvelles.
« C’est le retour qu’il faut bien préparer » dixit GuyF. Quel humour ce Guytou !!!
A titre d’info, pour la prochaine sortie, il utilisera vraisemblablement sa 4L, 1956. Révisez vos cours de mécanique.
Voili voilou.
DomiM


Dernière édition par DomiM le Mer 3 Juin - 9:47, édité 1 fois
avatar
DomiM

Nombre de messages : 494
Localisation : Echirolles
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  Isa le Lun 1 Juin - 20:39

Quel humour Domi mais pour le prochain WE on (les stagiaires) a décidé qu'on ne prendrait plus la voiture du Guy ("la titine à Guytou (c’est comme cela, là bas qu’ils (les savoyards) appellent les épaves)" ; on risquerait d'arriver pour faire la course et acquérir de l'expérience le dimanche soir... après s'être bien perfectionné en mécanique et bidouilles en tous genres.
avatar
Isa

Nombre de messages : 208
Age : 52
Localisation : Saint Egrève
Date d'inscription : 19/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  thomas.c le Lun 1 Juin - 20:40

ça tombe bien, je savais pas quoi regarder à la TV ce soir... Merci Mido! Razz

_________________
ThomasC
Qui vient en ami arrive trop tard et part trop tôt.
avatar
thomas.c

Nombre de messages : 99
Age : 38
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 11/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  dan le Mar 2 Juin - 14:32

quel récit Domi, je n'en attendais pas moins de toi, toujours autant de théâtralité...
je me demandais à quelle sauce tu allais nous manger????
remarque, j'ai peut-être voulu t'imiter pour redescendre en hélico ou pour que tu partages tes pâtes de fruits???
ça reste qd même une belle course, plein d'enseignement pour tout le monde, et à ce sujet (mais si j'insiste)même si nous sommes là pour affiner nos techniques , j'aimerai comprendre pourquoi une même technique utilisée par plusieurs personnes est plus critiquable chez les unes que chez les autres?(à aucun moment je ne me suis sentie en difficultée dans la descente)
pour la prochaine sortie, ne t'inquiètes pas , la voiture de "Guytou" restera au garage, on se chargera d'organiser le transport comme le reste (cela ne fait-il pas aussi partie de notre formation?)
Si tu veux les photos du mouflage de la courroie fais le moi savoir
à jeudi
Dan

dan

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 05/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  Alex le Mar 2 Juin - 14:43

dan a écrit:ça reste qd même une belle course, plein d'enseignement pour tout le monde, et à ce sujet (mais si j'insiste)même si nous sommes là pour affiner nos techniques , j'aimerai comprendre pourquoi une même technique utilisée par plusieurs personnes est plus critiquable chez les unes que chez les autres?(à aucun moment je ne me suis sentie en difficultée dans la descente)
Pourrais-tu développer un petit peu ?
avatar
Alex

Nombre de messages : 416
Age : 40
Localisation : Lumbin
Date d'inscription : 09/11/2007

http://cafeurs.en.montagne.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  DomiM le Mar 2 Juin - 15:52

Salut Miss,
Tout va bien, qu'est ce qui a le plus souffert au cours de cette sortie , tes zygomatiques ou tes abdominaux ?
Bon mes commentaires perso:
Une même technique utilisée par plusieurs personnes est plus critiquable chez les unes que chez les autres ?

Premièrement, une remarque critique n'est pas une remarque à connotation péjorative.
Une seule méthode c'est souvent bien dans la grande majorité des cas. Mais, c'est ce qui se passe quand on se perfectionne, les situations ne sont plus tout à fait les mêmes et cela implique la mise en œuvre par moment de méthodes techniques différentes.

A aucun moment je ne me suis sentie en difficulté dans la descente.
. Je n'ai rien à dire sur ton sentiment, je pense que c'est vrai. En revanche j'estime que c'est la cordée qu'il faut prendre en compte. Pour moi, c'était clair, en pente raide la méthode de descente (à reculons avec un seul piolet) soit en neige dure soit molle ne sont pas les mêmes. En neige molle tu peut te permettre de soulever ton piolet en gardant tes pieds en contact avec la neige et changer ensuite la position de l'ancrage. En neige dure, il faut appliquer un effort plus important qui oblige à s'arcbouter ( plus ou moins) pour planter (si cela est possible). Si ton second en dessous (puisque c'est raide) à des difficultés de stabilité lié à un cramponnage pas trop efficace et qu'il lui prend la bonne idée de glisser au moment précis ou ton piolet et en l'air, que peut tu faire ? Cherche pas : rien ! Vous descendez les 400 m de pente. C' est pour cela qu'il faut appliquer une méthode différente qui autorise un contact permanent de la lame avec la neige dure avec une forte pression en ayant les deux mains dessus. Pour que tu puisse stopper ton second immédiatement.
Conclusion : tu connais désormais deux méthodes qui ne sont ni meilleure ni plus mauvaise l'une que l'autre mais complémentaires.
J'espère que cela te va comme explication.
Petite question subsidiaire: comment descendre la pente si tu avais perdu ton piolet? Comment descendre la pente si c'est l'autre qui fait tomber son piolet, comme faire si vous perdez les deux piolets ? Comment font les piolets si c'est vous qui les lâchez quand ils sont plantés ? : Suspect
Voili voilou
Domi
avatar
DomiM

Nombre de messages : 494
Localisation : Echirolles
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Supplément d'infos

Message  DomiM le Mar 2 Juin - 16:00

De la part de GuyF, envoyé sur mon mél perso : sa fin de voyage après notre séparation : re belote!

Retour sans encombre ou presque : pas d'utilisation de clignotant, de feux de route, d'essuis-glace trop gourmand en électricité que je n'avais plus. Ne plus freiner (feux arrière gourmand en électricité) et donc arriver doucement au péage et finir au frein à main.
Tout cela à été bon jusqu'au dernier péage et pouf !! arrêt moteur.
Dépannage par d'honnête citoyens et re-pouf à 3 km de la maison, re-dépannage par une charmante demoiselle et enfin le retour se fini.
Le lendemain, 3h de mécanique plus tard, j'ai une nouvelle voiture toute neuve (pardon 2 courroies toutes neuves) le reste c'est de l'ancien.
Bon résumé de la sortie.
A bientôt
Guy
avatar
DomiM

Nombre de messages : 494
Localisation : Echirolles
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  dan le Mar 2 Juin - 18:37

réponse: dans un premier temps mes abdominaux pour la raison que tu connais et dans un deuxième temps les zygomatiques pour les raisons que tu connais également; vous nous avez bien fait rire .....euh excuses moi tu nous a bien fais rire...
vu sous l'angle de la cordée, ta réponse me convient mieux, je suis tout à fait d'accord sur le fait que toutes les critiques sont bonnes à prendre et j' en suis même fortement convaincue, là n'était pas mon propos, mais j'avais interprété ton récit de façon différente! Embarassed
à jeudi et merci pour ce complément d'infos Dom
Dan

dan

Nombre de messages : 20
Age : 53
Localisation : grenoble
Date d'inscription : 05/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  VIDEAU le Jeu 4 Juin - 10:08

En tant que personnes autonomes c'est à vous participants d'assurer votre sécurité et de choisir vos méthodes de progression.

Dans ces couloirs raides où on progresse en encordement court, il est bien plus facile et sûr de se promener sans corde qu'avec. Encordé, en plus de soi et du terrain, il faut gérer la corde et le second ce qui complique sérieusement la tâche.

La progression en encordement court n'est à utiliser que si on est capable d'arrêter la chute du second ou si la chute est sans conséquence grave. L'encordement court en pente raide au dessus d'une barre rocheuse ou d'une crevasse est à éviter.

Qui est capable de dire avec certitude qu'il pourra arrêter une chute de son second avant d'atteindre le bas du couloir ?

Dans le doute c'est relais sur corps mort ou sur rocher. Le relais sur corps mort permet de descendre le premier corde tendue jusqu'en bas du couloir. L'arrêt dynamique sur corps mort d'une chute du dernier n'est pas possible au-dessus d'une barre rocheuse. Le dernier descend donc en rappel ou en auto moulinette sur un relais qui sera abandonné. Ne pas oublier que pour descendre en rappel le dernier relais doit être à mi longueur de corde du bas du couloir.

Maintenant c'est à vous participants "autonomes" d'analyser ce qui c'est réellement passé:

1 si l'arrêt de la chute en bas du couloir est du à la chance alors c'est que vous vous êtes gravement trompés dans le choix de votre méthode de progression. Dans ce cas à vous de comprendre pourquoi vous avez pris cette décision.

2 si le replat en bas du couloir arrêtait toute chute de façon certaine alors votre méthode de progression était la bonne et il n'y a pas de quoi faire de cette glissade un fromage

PS : La rubrique nécrologique du dauphiné libéré est pleine d'alpinistes
qui n'ont pas fait de relais au-dessus de barres rocheuses (cf le col
des écrins)

jl Videau
avatar
VIDEAU

Nombre de messages : 169
Age : 64
Localisation : St ISMIER
Date d'inscription : 12/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  DomiM le Jeu 4 Juin - 11:18

Salut JL,

tout ce que tu dit est théoriquement vrai, mais n'était pas réalisable, car le terrain ne s'y prêtait pas. A cause de phénomène optique, la petite barre situé en dessous du couloir de neige ne se découvrait qu'en étant déjà engagé dans la descente. Le passage, bien que repéré la veille (d'assez loin et du bas) laissait croire à un couloir neigeux continu. Du bas on ne voit pas les petits ressauts car la limite de résolution de l'œil montre ses limites. Ce n'était donc pas un couloir stricto sensus long et rectiligne mais une succession de petites goulottes/couloirs, avec de légers décalages dans un rocher très délité. De plus, la neige au sommet de cet endroit était de la neige plaquée en faible épaisseur sur dalle lisse, chose dont on se rend compte uniquement quand on est dessus. Résultat: Il était très difficile de faire un relais dans du rocher ou dans de la neige à cet endroit sauf peut être à y passer un (très) grand moment. Option qui n'a pas été choisie par la cordée (IJP), je ne l'aurais pas fait moi m^me, très certainement car GuyF était déjà descendu sans soucis avant eux. Ce qui a eut pour conséquence de donner vraisemblablement un sentiment de sécurité erroné. C'est un peu le problème de naviguer en solo à côté d'une cordée, cela peut donner une fausse impression de facilité. En ce qui me concerne, j'ai un sentiment sur la causalité principale, mais je ne le développerai pas. Pour en avoir discuté avec Guy, et comme tu le rappelle justement, (dans ce type de formation) chaque cordée est responsable de sa propre sécurité. Ensuite, pour sonder ses véritables capacités d'autonomie, la progression impose d'aller se confronter à un certain degré d'engagement.
A+
Domi
avatar
DomiM

Nombre de messages : 494
Localisation : Echirolles
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  Franck P le Ven 5 Juin - 18:32

Bel échange que j'ai eu plaisir et intérêt à suivre, merci à tous.

Je ne peux m'arrêter en si bon chemin en remettant de la soupe dans la marmite. Ah vous aussi vous faites des sorties perfectionnement qui titillent les stagiaires ! ;-)

Franck
avatar
Franck P

Nombre de messages : 32
Localisation : Fontaine
Date d'inscription : 26/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sortie 1 30/31 MAi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum